Daniel Pauly

Docteur : Daniel Pauly
Proposition : Faculté des Sciences de la Mer et Environnementales
Parain : Prof. Dr. Mme.María Milagrosa Casimiro-Sorigues Escofet
Célébration: Aula Magna de la Faculté de Philosophie et Lettres, le 19 juin 2014
Pendant deux ans, il participe au projet allemand-indonésien visant l’introduction de nouveaux arts de pêche. En 1979, il obtient son doctorat en Biologie de la Pêche et en Océanographie Biologique par l’Université de Kiel. À partir de ce moment, il travaille pendant 15 ans dans le Centre International pour la Vie et la Gestion des Ressources Aquatiques (ICLARM) de Manille (Philippines). Pauly aide en effet à concevoir, implémenter et perfectionner les méthodes qui utilisent les données de fréquence au lieu de l’âge des poissons pour estimer les paramètres des statistiques de pêche, notamment la croissance et la mortalité, des paramètres de base pour l’évaluation des pêcheries.

Il travaille actuellement dans le Centre de Pêcheries de l’Université de la Colombie-Britannique (Vancouver, Canada), où il accède en 1994 et dont il fut le Directeur. Pauly a aidé à développer deux projets importants : ELEFAN et FishBase. ELEFAN rend possible l’utilisation des données de fréquence de taille pour estimer la croissance et la mortalité des poissons. FishBase est une encyclopédie en ligne qui regroupe des informations sur la pêche de poisson avec des renseignements sur plus de 30 000 espèces différentes. Les deux projets ont attiré l’attention du monde entier et grâce à leurs multiples actualisations et ajouts, ils sont encore très utilisés dans le domaine de la biologie de la pêche. En effet, leur utilisation est obligée pour les professionnels du secteur des pêcheries.

Depuis ses premiers pas dans la gestion des pêcheries tropicales, il évolue vers l’analyse des tendances de la pêche mondiale et la conservation des ressources halieutiques. À partir des années 1990, la recherche de Pauly est centrée sur les effets de la surpêche, sous un angle nouveau qui a changé les paradigmes établis et qui a permis à ses ouvrages d’être les plus cités dans son domaine d’étude.

Le professeur Daniel Pauly est une autorité mondiale dans l’étude du déclin des réserves halieutiques et la réponse des écosystèmes à la pression humaine. Il a développé et utilisé de nouvelles techniques qui ont permis l’analyse des impacts globaux de la pêche sur les écosystèmes marins. Il a quantifié ces impacts à l’aide d’un outil largement accepté, l’« Indice Trophique Marin » et il a converti le modèle Ecopath en l’un des outils de modélisation des écosystèmes les plus utilisés. La NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration, États-Unis) a considéré ce modèle comme l’une des consécutions les plus importantes et remarquables des 200 dernières années.

Daniel Pauly a supervisé un grand nombre d’études de maîtrise et doctorat aux Philippines, en Allemagne et en Colombie-Britannique. Ce parcours professionnel brillant a toujours été au service de la lutte pour la conservation des écosystèmes marins. Pauly  travaille également à cet effet depuis l’Assemblée Directive de l’organisation. Cet activisme l’a très souvent poussé à dénoncer la permissivité des différents gouvernements face à des techniques de pêche, notamment la pêche au chalut, qui permettent la capture de poissons à des niveaux trophiques de plus en plus bas. Il a affirmé à plusieurs occasions que si ces méthodes ne sont pas interdites, à l’avenir « nous ne trouverons dans la mer que des méduses et de la soupe de plancton ». Il a également dénoncé à plusieurs reprises la politique de pêche de l’UE, qu’il considère « une mascarade » et il a réclamé des réserves marines, étant donné « la situation limite que souffrent les écosystèmes marins ».

Il a reçu de nombreuses distinctions : l’International Cosmos Prize au Japon en 2005, le Volvo Enviromental Prize en Suède en 2006, le Ramón Margalef en Espagne en 2008 et le Nierenberg Prize for Science in the Public Interes aux USA en 2012. Il est également Honoris Causa par 6 universités et membre de différentes Académies et Sociétés.

Pauly est un écrivain prolifique et un grand communicateur dont les articles ont été publiés dans les meilleures revues scientifiques. Il ne faut pas oublier son rôle en tant que divulgateur d’un problème avec un grand impact social. Auteur de plusieurs livres et de plus de 500 articles, la plupart d’entre eux scientifiques, dont environ 35 ont été publiés dans les revues ‘Nature’ et ‘Science’, il est considéré comme l’auteur le plus prolifique et cité dans son domaine.

Il a développé différents concepts et lignes de recherche, ainsi qu’une nouvelle façon d’aborder un problème énormément complexe comme celui des ressources halieutiques et de leurs interactions avec l’environnement et leur exploitation. Tout cela lui a permis d’être considéré comme « l’un des 50 scientifiques les plus influents » selon la revue Scientific American ; « le plus prolifique et cité au monde dans son domaine de recherche et critique, très souvent controversé, avec les pratiques modernes de pêche », selon Science ; un scientifique « iconoclaste » selon le New York Times.