Francisco Sánchez Gómez – Paco de Lucía

Docteur : M. Francisco Sánchez Gómez
Proposition : Conseil de Direction de l’Université de Cadix
Parain : Prof. Dr. M. José Cándido Martín Fernández
Célébration : École Polytechnique Supérieure d’Algésiras, le 23 mars 2007
Il est considéré comme le plus universel des artistes de flamenco. Son style a fait école parmi les plus jeunes générations et grâce à son art, il est devenu l’un des plus grands ambassadeurs de la culture espagnole à travers le monde. Il a en effet séduit avec son incroyable coup de guitare les scènes les plus importantes en Europe, aux États-Unis, en Russie, au Japon et au Moyen-Orient.

Francisco Sánchez Gómez, plus connu sous le nom de Paco de Lucía, naît en 1947 à Algésiras (Cadix). Il commence à jouer la guitare à sept ans et à seulement quatorze ans, il enregistre son premier disque avec son frère Pepe, avec lequel il forme le duo Los Chiquitos de Algeciras. En 1963, il part en tournée à l’étranger avec la compagnie de José Greco et un an plus tard il enregistre son premier travail en solitaire, La fabulosa guitarra de Paco de Lucía. Mais c’est avec Camarón de la Isla -avec qui il enregistre plus de dix disques- avec qui il formera l’un des couples artistiques les plus importants du XXe siècle.

Paco de Lucía a révolutionné la façon d’accompagner et de concevoir l’interprétation de la guitare dans le flamenco. Il a incorporé à son langage musical de nouveaux accords et des contretemps rythmiques. Son génie créatif et sa maîtrise interprétative ont permis au flamenco de dialoguer avec la musique classique de Falla, Rodrigo ou Albéniz, avec la bossa nova et avec le jazz de Chick Corea ou John McLaughlin, entre autres. Avec son travail Friday night, il vend plus d’un million de copies, un chiffre inimaginable pour un artiste de flamenco. En 1981, il fonde son célèbre Sexteto, avec lequel il définit le concept actuel du groupe flamenco.

Parmi ses abondants disques, il faut parler de Fantasía flamenca (1969), Recital de guitarra (1971), El duende flamenco de Paco de Lucía (1972), Fuente y caudal (1973), Almoraima (1976), Solo quiero caminar (1981), Paco de Lucía en Moscú (1986) et Luzía (1998), entre autres. Il a également composé et interprété la musique des longs métrages La Sabina, The Hit, Carmen, Montoyas y Tarantos y Sevillanas. Après cinq années de silence, il présente en 2004 Cositas buenas, un travail admiré par la critique et qualifié de « chef-d’œuvre ». Sa vie et son œuvre ont été racontées dans quatre livres, l’un d’eux écrit par le propre Paco de Lucía.

Il est « Citoyen d’Honneur » de la Province de Cadix et de la ville d’Algésiras et Médaille d’Andalousie (1988). Il a également reçu de nombreux prix, notamment le Prix National de Guitare d’Art Flamenco, la Médaille d’Or du Mérite des Beaux-Arts (1992), la Distinction Honorifique des Prix de la Musique (2002) et le Prix Prince des Asturies des Arts (2004).